Paroisse de La Madeleine

La Musique à La Madeleine

 

Toute une histoire...


Il semble bien que depuis les origines de l'église de La Madeleine, il y ait eu pour le service liturgique un chœur, une Maîtrise.

Gabriel FAURÉ a composé pour ce lieu son célèbre " REQUIEM " en 1888, pour une Maîtrise d'enfants et un chœur d'hommes. Plus tard, des Maîtres de Chapelle comme Jean de VALOIS ont perpétué cette tradition vocale, musicale et liturgique.

Autre époque... Le modernisme et sa vie dite active sont passés par là, entraînant la disparition de cette Maîtrise d'enfants mais laissant intacte cette même tradition. Comme autrefois, l'église de La Madeleine a aujourd'hui à sa disposition un ensemble vocal de 4 à 8 chanteurs professionnels dont le répertoire, bien que marqué par la fin du XIX° siècle et le début du XX° siècle, s'étend du chant grégorien jusqu'à aujourd'hui. Cet ensemble vocal est dirigé par Michel Geoffroy, organiste titulaire de l'orgue de choeur .

Un point d'honneur est mis à chanter la musique de notre temps. FAURÉ comme BACH et tant d'autres n'écrivaient-ils pas pour chacune des cérémonies dont ils avaient la charge ?

Le but de chacun des musiciens de l'église de La Madeleine est double : aider de leur mieux les fidèles dans leur participation active à la Liturgie, conserver et cultiver le trésor de la Musique Sacrée avec la plus grande sollicitude tant au sein des cérémonies qu'au cours des concerts spirituels.

Programmation


Tous les évènements musicaux sont annoncés sur la page des concerts

 


 

Messe de sainte Marie-Madeleine

 

            La messe que j’ai composée en cette année 2017, et dédiée à Sainte Marie-Madeleine, m’a été inspirée avant tout par la liturgie de notre église de la Madeleine que j’ai toujours trouvée intéressante, participative et priante, car elle tient compte et respecte infiniment l’universalité de l’Eglise du fait que cette paroisse est fréquentée par des catholiques du monde entier. Ainsi, certaines parties sont en latin, d’autres en français. De même que j’ai voulu qu’on y entende un langage modal, comme dans le Kyrie et l’Agnus Dei, et un langage tonal tel celui utilisé, par exemple, dans les Gloria et Sanctus. Quant à l’Anamnèse, elle est un clin d’œil à la jolie polyphonie des italiens du XVIIème siècle. Enfin, hommage modeste au musicien de la Madeleine que fut Gabriel Fauré, maître de chapelle puis titulaire du grand orgue, le Notre Père est empreint d’une couleur douce et sereine pouvant rappeler les tons impressionnistes que l’on trouve chez ce compositeur.

            Cette messe est écrite en hommage au très sympathique clergé de la Madeleine, aux non moins sympathiques paroissiens et musiciens (chanteurs, organistes et animateurs) pour lesquels j’ai l’immense joie et l’indicible honneur de tenir les claviers du grand orgue historique Aristide Cavaillé-Coll depuis bientôt 39 ans. Je voudrais remercier tout spécialement Michel Geoffroy qui a amicalement assuré l’excellente mise en page de mon travail.

                                                                 François-Henri Houbart